Votre sourire

Votre sourire est l’arme la plus précieuse en ce monde.  Pourquoi ? Je vous raconte une tranche de vie, arrivée hier matin.

Vous savez, y’a des journées où tout nous semble nous tomber sur la tête.  Je sais que chacun d’entre nous vit ou a vécu quelque chose de semblable sinon pire.

J’ai appris cette semaine, coup sur coup, deux mauvaises nouvelles.  Sans nommer de nom, bien sûr par respect de leur vie privée, je vous raconte brièvement.

Étant plus jeune, j’ai gardé 3 petites filles, attachantes, je les considère un peu comme mes petites sœurs puisque je suis seule de fille chez-moi.  L’une d’elle nous a quitté cet été, non sans douleur et incompréhension.  Le cancer a frappé fort.  Non seulement nous a-t-il arraché cette jeune femme mais il vient de frapper la plus jeune.  C’est un cauchemar.

Non seulement il touche cette petite mais également un membre de ma famille, pour la 4e fois.  Là aussi, les nouvelles sont nébuleuses.  Parce que dans les deux cas, nous devons attendre les résultats.  On se doute du plan de match.  Dans les deux cas, j’espère sacrer une raclée au cancer.

Ces nouvelles, je les ai apprise mercredi soir et jeudi matin.  Maintenant, pourquoi votre sourire est précieux ?

Un client est venu chercher sa bûche de Noël au bureau.  Tout pimpant ! Heureux,  drôle.  Malgré mon envie forte de pleurer, la magie de son sourire et sa bonne humeur m’ont fait éclaté de rire.

Pendant un instant, la vie a été plus douce pour moi.  Votre sourire, non seulement est précieux mais apaisant, réconfortant.

Alors, je sais que je ne suis pas la seule à côtoyer ce mot de 6 lettres que nous aimerions tous exterminer pour toujours, sans parler de ceux ou celles qui ont perdu un être cher, je vous souhaite de rencontrer Votre Sourire qui vous rendra la vie plus douce, même si ce n’est que pour un instant.

Pour vous que la vie est clémente, offrez votre sourire, vous pouvez changer des minutes de tristesse en bonheur, un peu d’insouciance quelques instants.

Merci Kévin pour votre sourire, sincèrement.

Renée L’Abbé

Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *